La stratégie de Prisma Media pour continuer à se développer face à la crise de la presse
Publié le 19/11/2018

Savoir se renouveler tout en préservant son ADN est l’un des principaux défis des différents acteurs de la presse. Une nécessité que le groupe Prisma Media semble avoir bien intégré.


Le groupe compte aujourd’hui une vingtaine de marques dont Femme Actuelle, Gala, Capital, GEO ou encore Harvard Business Review. «Avec un reach qui se répartit à peu près à 50% sur le offline grâce au print et à 50% sur le digital grâce au online», développe Philipp Schmidt, directeur exécutif de Prisma Media Solutions, interrogé lors du Hub Forum. Le print est donc encore bien présent. «Nous vendons à peu près 170 millions de magazines par an», explique Philipp Schmidt.
«Le digital nous a permis en 10 ans de doubler notre reach global»

Côté digital, «il nous a permis en 10 ans de doubler notre reach global», explique Philipp Schmidt. En parallèle, le groupe développe aussi de nombreux projets innovants, à l’instar d’Influsion. «Influsion concerne la diffusion de l’influence. Nous pensons qu’un groupe de médias aujourd’hui doit être un chef d’orchestre dans la mise en place des systèmes d’influence». Cette plateforme technologique permet ainsi de mettre en relation des influenceurs, micro-influenceurs ou nano-influenceurs et des annonceurs dont l’image peut « matcher ». Les performances sont ensuite suivies au fur et à mesure de la campagne.
Exploiter l’existant tout en sachant explorer pour préparer demain

L’innovation passe aussi par les collaborateurs. Pour cela, Prisma Media a développé un incubateur interne, nommé « Demain ». Celui-ci permet aux salariés qui le désirent de se lancer dans l’aventure de l’intrapreneuriat. Les projets sélectionnés sont incubés pendants trois mois, une période pendant laquelle le salarié est détaché de son poste pour se consacrer entièrement au développement de son idée. Ensuite, si le projet est conduit sur la durée, le collaborateur continue à le développer, sinon il retrouve son poste.

«Nous leur donnons la confiance afin qu’ils incubent de nouveaux projets qui parfois peuvent être menaçants pour nos business models historiques», reconnaît Philipp Schmidt. « Mais un business leader aujourd’hui doit être capable de gérer à la fois l’exploitation de l’existant et à côté l’exploration, c’est-à-dire la préparation de demain. Parfois, l’un peut menacer l’autre. La question est de savoir comment gérer les deux dans un monde qui change».
Des Prisma bots

Axe de développement prioritaire pour Prisma Media en 2019: devenir un média conversationnel. «Cela veut dire que nous allons pousser la connaissance client beaucoup plus loin», explique Philipp Schmidt. «Il ne s’agit plus de s’intéresser uniquement à leur comportement mais vraiment de développer notre connaissance client via des systèmes de conversation. Des Prisma bots vont être installés dans des contextes éditoriaux. Ils poseront des questions aux lecteurs pour faire remonter les insights en temps réels». Le but du groupe est ainsi de «passer d’un contrat de lecture, à un contrat de service».

Source : Frenchweb.fr